11 Novembre « Tous les morts pour la France »….Chiche !

Publié le par l' oursin

Pour la première fois, cette année, le 11 novembre n'a pas eu vocation à célébrer uniquement la fin de la Première Guerre mondiale. Comme l'avait voulu Nicolas Sarkozy, et depuis une loi votée par le Parlement, en février dernier, le 11 novembre est en effet désormais une journée d'hommages à tous les morts pour la France. Ironie de l'histoire : François Hollande, alors dans l'opposition, n'était « pas favorable », au projet.

 On a donc, faute de poilus, honorés nos soldats tombés, en Afghanistan, pour la France, et c’est bien. Même si cette guerre est une guerre américaine avec un engagement pour faire oublier notre absence irakienne, les soldats n’y sont pour rien; ils font leur devoir et, parfois, ils y croient. C’est leur droit.

 Ce 11 Novembre a permis, comme tous les ans, aux médias, aux régiments de réformés et fiers de l’avoir été, d’honorer des anti-héros. On ne parle donc que des fusillés pour l’exemple et on honore les déserteurs comme plus lucides finalement que les combattants patriotes, et donc stupides. Certes il y a eu des erreurs et des horreurs, mais en fait les médias ont horreur des  combattants, ils préfèrent les réfractaires par conviction et même par lâcheté.

 Sont-ils morts pour la France ceux qui ont été fusillés pour avoir refusé de la défendre ? Apparemment oui. La notion devient donc très large. Mais il faut se méfier des belles idées généreuses, elles peuvent avoir des effets pervers.

Ainsi sont morts pour la France, ceux engagés dans les guerres coloniales. Le marsouin de Madagascar, le para d’Indochine, à égalité avec le maquisard marxiste, voilà qui va en défriser plus d’un.

 Va-t-on  permettre à certaines familles d’honorer leurs enfants morts dans les  combats sur le front de l’est ? Ils sont morts, eux aussi, pour une certaine idée de la France, aujourd’hui réprouvée et condamnée, mais hier encouragée par un gouvernement, sinon  légitime, du moins légal.

 Morts pour la France, les waffen SS français, les volontaires de la LVF ? Personne, pour le moment, n’a évoqué cette question. Personne sans doute ne le fera. Mais elle risque de donner des idées à certains pour faire, de ce 11 Novembre new look, une trêve dans les haines françaises.

 Ne nous inquiétons pas, cela n’ira pas très loin. La France n’est pas la Russie où Poutine, qui laisse célébrer Staline, a rendu hommage à Denikine. Le tsariste, le blanc, le traitre a eu droit à un retour des cendres devant des milliers de personnes. Rouges et blancs honorés dans leur amour de la Patrie, mais Hollande, pas plus que Sarkozy, n’est Poutine. L’opprobre contre le vieux maréchal Pétain ne cesse de croître alors que les années passent. Chez nous, l’idéologie « résistancialiste » reste au pouvoir et est célébrée, tous les jours, dans une haine recuite.

 Quand on voit la façon dont est traité un Bigeard, le dernier des grands soldats français sans doute, on voit mal, notre république rance, accepter que l’on meurt pour son pays avec courage et conviction dans le camp du vaincu et du méchant. On ne mélangera pas longtemps les combattants de la gloire de l’empire colonial avec les morts « politiquement corrects ».

 En réalité, le 11 Novembre, ne sera jamais pour tous les morts pour la France; il sera réservé aux morts pour une république idéologique et les valeurs démocratiques du moment.

 Pour les autres, les humanistes continueront, n’en doutons, pas à cracher sur leur tombe avec la fierté de ceux qui n’ont jamais rien risqué pour des idées dont le conformisme est une assurance politique pour des plans de carrière.

 

Médusa

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article