La république pétaudière et « la montée du FN »

Publié le par l' oursin

J’ai failli titrer ce papier « La république bordelique » avant de me raviser car je me suis soudain souvenu qu’au temps où les bordels, les vrais, existaient, c’était des maisons bien tenues, la mère maquerelle y veillait, la sous-mac dirigeait son petit monde à la baguette et, en cas de problème grave avec une pensionnaire, son mac était prévenu qui venait rappeler à sa protégée les règles de son statut de « pute  cloitrée ». 
Ainsi l’ordre et la discipline régnaient-ils en ces lieux pas tellement saints, même si la morale bourgeoise les condamnait, alors que notre république, la cinquième du nom, n’est plus qu’un « machin » - pas chouette - qui offre un spectacle lamentable et où tout va de travers. Et qu’on ne vienne pas nous raconter que c’est comme ça depuis l’arrivée de la gauche, la droite y ayant très largement participé.
Le pays était-il mieux gouverné avec l’ineffable Sarko ? Allons donc, il n’y a que les bravaches et revanchards de droite pour le dire, ulcérés de ne plus être au pouvoir, privés, les pauvres choux, de leurs prébendes, et qui ne songent qu’à voir revenir en 2017 -  avant peut-être, on ne sait jamais - leur idole. Laquelle semble bien s’y préparer et pas seulement en se rasant le matin, comme il le confessait naguère. Et François Fillon, qu’en pense-t-il, qui vise l’événement majeur de cette même année ? A l’en croire, il n’a pas l’intention de se dégonfler (sic). On verra...
En attendant il y a eu une élection partielle dans l’Oise et, surtout, la plus médiatisée, à Villeneuve-sur-Lot, où l’ancien fief du socialiste Cahuzac a échu à un UMP; de bien peu devant un jeunot du néo-FN, Bousquet-Cassagne, faisant bondir de joie la présidente, Marine, qui voit son avenir de politicienne s’ouvrir encore davantage, heureuse de s’être débarrassée des propos « nauséabonds » de son géniteur, teintés d’antisémitisme, ce qui est bien gênant dans un pays où l’on a besoin de l’appui de la communauté israélite pour se faire une place au soleil de la prétendue démocratie. Prétendue car il y a belle lurette qu’elle a été remplacée par la ploutocratie. Jamais, en effet, le pognon, le gros fric, n’a été aussi concentré entre les mains des puissances financières apatrides.
A l’occasion de cette partielle - la huitième perdue par les socialistes depuis leur arrivée en mai 2012 -, on a pu constater que l’antienne anti-extrême droite ne fonctionne plus auprès des électeurs. N’auraient-ils plus peur du “ fascisme ” ? Et là faut encore reconnaitre que la fifille à son papa a bien manœuvré en se dépouillant de la vêture du créateur du FN; lequel néanmoins continue à maronner de voir son parti affublé d’un nom qui n’a plus grand-chose à voir avec celui de naguère. C’est maintenant « Rassemblement Bleu Marine » (RBM pour les initiés) qui, à ses yeux, ne vaut pas pipette. Oui mais ça marche, la preuve les scores qui montent à chaque consultation électorale. Pardi, les Français n’étant plus révolutionnaires pour deux sous, la « dédiabolisation » opérée par la présidente, toute proprette dans ses oripeaux BCBG, produit ses  effets. Et tant pis pour les partisans du « canal historique » et ceux qui, parlant d’elle, en évoquant Jean-Marie, écrivent :
« Marine est une face de lune, éclairée par la lumière d’une étoile morte. » (Rivarol N° 3099).  Bien vu !.
Au fait, que ferait la droite si elle revenait aux affaires ? Mille à parier exactement ce qu’elle faisait avant, car elle a ça dans ses gènes, c’est-à-dire des moulinets de mots et de déclarations tonitruantes, assorties de promesses toutes justes bonnes à jeter de la poudre aux yeux des citoyens, lesquels sont d’ailleurs heureux d’entendre ça. La preuve c’est qu’ils votent et revotent pour les mêmes farceurs, scrutin après scrutin, depuis des décennies. La droite (classique) pourrait avoir comme devise ce mot de feu Pierre Dac : « Contre tout ce qui est pour, pour tout ce qui est contre ». Heureusement pour elle, le ridicule ne tue plus de nos jours. Vrai que ce serait une hécatombe.
Il en est donc beaucoup pour souhaiter le retour de Nicolas. Lui-même, cravaché par ses groupies, s’y prépare. Il sent « un appel profond ». Un peu comme la pucelle de Domremy, sans doute, qui voulait bouter l’Anglais hors du royaume. A l’époque, c’était lui l’ennemi héréditaire, avant qu’on en trouve un autre, l’Allemand bien sûr, l’éternel chercheur de querelles. C’est encore un peu ça, maintenant, bien que dame Merkel, n’ait pas grand chose à voir avec ses illustres devanciers :  Bismark, Guillaume II, plutôt pâlichon, lui, et l’abominable Adolf, le pire de tous, bien sûr. Dommage pour les éternels va-t-en-guerre qui rêvent toujours de remettre la baïonnette au canon, tel Mélanchon. Heureusement ils ont, pour passer le temps, moins sanguinairement, les élections partielles de-ci de-là, la dernière en date dont nous parlons plus haut. Et de gloser sur le nouvel essor du FN, dont on ne sait pas comment enrayer sa montée.
Allons, imaginons que cela continue et que Marine soit élue présidente de la république, ce à quoi elle rêve tout éveillée. Paris-Match, dans cette éventualité, lui a, dernièrement, posée la question : Avant tout, ce serait, air connu, de sortir de l’euro, puis de dénoncer les étrangers. Bravo, mais comment  ? En supprimant toutes les aides et les avantages dont ils disposent s’ils ne font pas d’efforts pour se conduire comme tous les Français, en d’autres termes s’intégrer; par exemple ne plus porter la visière de sa casquette à l’envers, comme l’a fait observer une sous-ministre quelconque un jour qu’elle se promenait au milieu de jeunes dans une cité du 9-3. Intégration, potion magique dans laquelle nous baignons depuis des lustres et qui finira bien par porter ses fruits... lorsque les descendants des Gaulois ( une poignée ) seront  absorbés par les “primo-arrivants” ( lisez immigrés ).
A la question : « Que proposeriez-vous contre les violences dans les banlieues », elle répond : « Il faut revoir de fond en comble la politique contre l’insécurité. Premièrement, on manque de places de prison, ce qui fait que notre système carcéral est une véritable honte. En attendant la construction de nouvelles prisons, je transformerais les hôpitaux et les casernes, que l’État est en train de vendre, en centres carcéraux, éventuellement ouverts. Deuxièmement, je donnerais des instructions pour que les peines prononcées soient à la hauteur des méfaits commis. Il y a un effondrement de l’échelle des peines qui fait que la sanction n’est plus crainte. J’imposerais la perpétuité réelle et définitive, et organiserais un référendum sur la peine de mort. Enfin, je protégerais la police et je lui donnerais des moyens pour remettre de l’ordre dans notre pays. »
De nouvelles prisons et autres “centres carcéraux ” ?  A combien, en euros ou en francs, s élèverait la facture de cette magnifique opération ? Pour la police, la protéger ? Tiens donc, elle n’arrive pas à se défendre toute seule ? Peut-être, notre cheftaine songe-t-elle à y faire participer l’armée, laquelle, déjà, patrouille dans les gares. Oui, pourquoi pas, en effet, notamment dans les « banlieues difficiles », mais sait-elle que 25%, au moins, de nos vaillants pioupious sont musulmans ? On les voit tirer sur leurs coréligionnaires ? Bonne chance, Marine !
Sur les plateaux de télé, dont elle rafolle, pour y pousser des coups de gueule qui impressionnent que les conquis d’avance, elle s’attaque encore à l’islam. Là, elle joue gagnant car les “Françaises-Français ” sont contre, alors qu’en confiant leur destin à des charlots, ils les ont fait entrer massivement !!! Elle en profite aussi pour pointer du doigt l’abattage halal. Félicitations, c’est effectivement une horreur. Mais pourquoi omet-elle de citer le kasher qui procède de la même barbarie ? Parce que cela pourrait peut-être contrarier le lobby devant lequel elle multiplie les génuflexions afin d’obtenir ses faveurs, ce qui n’est pas sot non plus, sachant pertinemment que c’est celui-ci - par élus interposés souvent - qui gouverne la nation ? 
En décembre 2010, en meeting à Lyon, elle pointait du doigt les prières de rue des musulmans : « Je suis désolée, avait-elle lancé, mais pour ceux qui aiment beaucoup parler de la Seconde Guerre, on pourrait en parler, pour le coup, parce que ça, c'est une occupation du territoire ».
Certes, trop jeune pour l’avoir vécue, mais elle doit bien connaitre l’Histoire, aussi devrait-elle préciser que l’occupation allemande - à laquelle elle fait allusion -, nous l’avons subie parce que c’est la France qui, le 2 septembre 39, sur la pression de l’Angleterre, a déclaré la guerre à l’Allemagne, sans aucune chance de la gagner, ce qui a été prestement démontré. Alors, même topo pour l’occupation musulmane - puisque c’est d’elle qu’il s’agit maintenant -, n’est-ce pas la France qui l’a incitée, surtout par le biais du “Regroupement familial” de MM. Giscard d’Estaing et Jacques Chirac ? 
Nouvel avatar pour elle : Son immunité au parlement européen levée, sous prétexte d’islamophobie, constitue une atteinte au droit d’expression dont nos éminences assurent qu’il doit être respecté (ce qu’a fait remarquer, en séance pleinière, son collègue Bruno Golnisch). Pas de quoi l’émouvoir, elle, cette décision (stupide) va élargir encore son audience dans l’opinion publique où son mouvement est déjà perçu comme un « parti comme les autres ». C’est bien ce qu’il est devenu, et cela ne présage-t-il pas, si elle accédait au pouvoir, une politique comme les autres ?  Sûrement !
Bah, si cela plait aux Françaises-Français, éternellement cocus, qu’ils essaient, ça ne les changera pas, ils y sont habitués et y ont même pris goût.
                                                                                                                                                                     L’oursin

Commenter cet article