Oursinado varoise

Publié le par l' oursin

Karachi - La République irréprochable que nous a promise Hollande a du plomb dans l’aile. Diable, pourquoi avancer cela qui relève de la gageure. L’affaire Cahuzac le prouve, mais ce n’est pas d’aujourd’hui. Et la droite, qui ne cesse de dénoncer le scandale, ferait bien de se regarder dans la glace. Entre autres histoires pas très nettes qu’on a tendance à oublier, Le Monde du 6 avril, vient, fort à propos, sur 6 colonnes, nous la rappeler  : Karachi où 40 millions de francs auraient été détournés à la fin des années 90. Et voilà que reparait le nom de François Léotard, ancien maire de Fréjus, et surtout ministre de la Défense dans le gouvernement Balladur (1993-1995). Le journal y revient sans le ménager, condamné pour “blanchiment” en 2004 avec son ami de l’époque Renaud Donnedieu de Vabres. Espérons pour Léotard et surtout pour les enquêteurs qu’ils ne vont pas se repointer, au petit matin, dans la ferme du retraité fréjusien, où, très colère, il traita les “visiteurs” d’un tas de noms qui lui valent - à moins que la plainte ait été retirée - des poursuites dont  le tribunal de Draguignan aura à connaître.

 

Fréjus - Les prochaines municipales font bouillonner les esprits. Notamment ceux qui visent la place d’Elie Brun, l’actuel maire, dont Var-Matin a annoncé le retrait à plusieurs reprises sur la foi de l’intéressé lui-même. Mais, comme le personnage est plutôt d’humeur changeante, l’information a dû être remaniée à plusieurs reprises. Et les prétendants au fauteuil majoral ne savent plus très bien sur quel pied danser. Aux dernières nouvelles - mais seront-elles vraiment les dernières ou avant-dernières ? -, c’est l’adjoint Claude Tosello qui entre dans la ronde, où il rejoint, peut-être, l’actuel 1er adjoint Tosi, et Michel, éternel candidat à chaque coup ou, encore, Philippe Mougins, ancien adjoint à la Culture, démissionnaire, car mécontent des finances communales.

 

Petits soldats -  Ce sont les UMP ou assimilés, que le député-maire de la ville voisine, Saint-Raphaël, Georges Ginesta, entend faire marcher à la baguette. Car n’est-il pas aussi patron départemental du machin en question ? Seulement la troupe n’est pas tellement disciplinée, aussi va-t-il devoir faire preuve d’autorité... s’il s‘en sent capable. Et rien n’est moins sûr. Ah ! que dure est la politique de nos jours, animée par les “réseaux sociaux” qui se mêlent et embrouillent tout.

 

Et autres - Ceux qui voudraient bien profiter de la situation dans le landerneau, c’est évidemment l’opposition socialiste qui tape à tours de bras, depuis des années, sur ce pauvre Brun. Elle est dirigée par la petite Elsa Di Méo, conseillère municipale et régionale, qui pense que le fruit est mûr pour le cueillir. Elle a un concurrent sérieux en David Rachline, FN, conseiller municipal, le chou-chou de Marine Le Pen. Ses scores, lors d’élections passées, sont excellents; il a même mis Brun en ballotage lors des dernières cantonales. Il colle, tracte, fait les marchés, bref il y croit. On verra ça à la minute de vérité, au sortir des urnes.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article