Oursinado Est-varoise

Publié le par l' oursin

Fréjus fauché ? - Le numéro spécial de l’Express, en septembre, sur Fréjus, continue à être commenté dans le landerneau. Dans la population et dans les couloirs de l’hôtel de Ville, près de deux mois après. « Il n’y a pas que les caisses de l’Etat qui sont vides, nous écrit un lecteur,celles de notre Mairie aussiRien d’étonnant, souligne-t-il, à voir le gaspillage de l’argent public (activités diverses, soirées dansantes, festival pyrotechnique, etc.)» Faut faire des économies. Alors, entre autres mesures, le cycle de travail hebdomadaire des employés de la mairie, est établi, depuis septembre, non plus sur cinq jours, mais sur six jours. « Ce n’est plus, ironise-t-il “ travaillez plus pour gagner plus, mais travaillez plus pour ne pas gagner davantage !  ». Et d’ajouter : « Pourquoi faire payer à la catégorie la moins rémunérée (catégorie C), les excès engendrés par une mauvaise gestion de la commune ? » Peut-être justement parce qu’elle est la plus nombreuse... 
 
Bronca Le maire Elie Brun est un fervent amateur de corridas. Il l’a dit et redit, naguère, mais, soudainement, il les a interdites dans les arènes de sa ville, faisant hurler les aficionados du coin. Lesquels espèrent beaucoup en la rénovation de ce cirque antique. « Le Canard enchainé » (3/10) y met son bec, qui laisse parler la Société française d’archéologie (SFAC), qui y voit « l’oblitération des vestiges d’un monument majeur du patrimoins romain sur le sol national. » Une râleuse, Pauline Michaud, de l’Association des amis de Saint-Raphaël-Fréjus, dénonce la ralonge votée, en juin, par la Mairie, qui a servi à couvrir les arènes d’une tôle ondulée “hyper moche”. Voici quelques mois Var-Matin avait questionné ses lecteurs sur les corridas, élevées au rang d’art, alors qu’il s’agit que du martyre d’un animal. Le quotidien qui signalait que sa rédaction était partagée sur le sujet, l’a finalement retirée car il y avait des bizarreries dans les réponses reçues. Il semble que les afionados au nombre de 365 s’étaient mutipliés comme de vulgaires petits pains... pas forcément au chocolat. 
 
Un accro - Sur le même sujet : Notre ministre de l’Intérieur Emmanuel Valls, qui tient à faire plus fort que son prédécesseur, Brice Hortefeux, a été le seul membre du gouvernement à défendre la tauromachie, quelques heures avant l’avis (favorable) du Conseil constitutionnel sur cette pratique. Né à Barcelone, naturalisé français, il ne doit pas savoir qu’en Catalogne, les corridas ont été supprimées. Vous pouvez éventuellement le lui rappeler (gentîment) sur le site du ministère : http://www.interieur.gouv.fr 
 
Grand chef - La série consacrée à la Police municipale de Fréjus continue. Une véritable saga puisqu’elle dure depuis des années. Ce sont surtout les directeurs de cette PM qui en sont les vedettes. Ils arrivent, ils viennent, ils partent... Le dernier en date, Jean-Pierre Ghenassia, ne parait pas avoir ramené la paix chez ces modestes représentants de l’ordre. On dirait même qu’il n’aurait fait qu’exacerber les esprits, peut-être un peu trop faciles à s’échauffer. Soutenu et encouragé par son ami Monsieur le maire, il va de l’avant et se fait appeler, sur les ondes de la PM, « Delta Sierra » (directeur de la Sécurité). Il lui est reproché, entre autres choses, de “classer sans suites” des rapports établis par des agents assermentés, ce qui, parait-il, ne doit pas se faire. Mais aux râleurs, il n’a qu’un mot : « le patron, c’est moi ! » S’il le dit...
 
Excitation Ça émoustille pas mal de monde, dans le coin, le renouvellement du conseil municipal de mars 2014. Les prétendants au fauteuil majoral se bousculent. Le premier adjoint, Francis Tosi, tout en la jouant modeste, est sur les rangs du fait que, souvent, il remplace le patron, notamment quand celui-ci est pris de défaillance en plein conseil. Evidemment, la socialo Elsa Di Meo, ardente adversaire, conseillère régionale, sera de la partie. Mais aussi, le jeune David Rachline, Front national ou plutôt « Rassemblemenr Bleu marine ». Dans la course, Michel, ancien dir’cab de Brun, qui ne saurait manquer une élection. Mais la propre fille d’Elie, Audrey - attachée parlementaire du sénateur-maire de Toulon, Hubert Falco -, en voudrait, parait-il. Dans l’éventualité, bien sûr, où le papa ne se représenterait pas, Afin d’assurer la succession du nom, sans doute, comme dans une dynastie. Tout ça fait bondir Brun qui assure qu’il se porte à merveille et qu’il sera candidat. Alors, mesdames, messieurs du calme, rompez !
 
Désamour - Entre Luc Jousse, maire de Roquebrune-sur-Argens et Paul Boudoube, son voisin, maire de Puget-sur-Argens, dans l’extrême-est varois, ça ne va plus très bien, et même plus du tout. C’est ce que raconte, en long et en large,Var-Matin (5/10/12) qui, après 2009, début d’une lune de miel, voit appararaitre des craquements deux ans plus tard. Et, en 2012, « c’est la fin de l’histoire », ose écrire le journal, sans cœur, que ces scènes de ménage semblent amuser. Alors, comme dans les couples ordinaires parfois, on casse la vaisselle, ici, c’est plutôt « La communauté des communes », projeté avec Fréjus-Saint-Raphaël, que l’on brise avec fracas. Dans une chanson d’Aznavour, il est écrit que « les cris de haine sont les derniers mots d’amour. » Et, de l’amour, il y en a eu entre les deux hommes. Eh bien voilà, c’est fini. Mais allez savoir ce que nous réserve l’avenir. Dans la vie, il y a parfois des réconciliations, et même des remariages...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article