Oursinado

Publié le par l' oursin

Pauvre Léo - Ça revient chérot à François Léotard d’avoir, le 20 novembre, reçu les gendarmes et les policiers comme des chiens dans un jeu de quilles. Ils étaient venus chez lui pour y perquisitionner, sur commission rogatoire de juges parisiens, dans le cadre du volet financier de l’affaire Karachi (une histoire de gros sous dont une partie aurait servi à financer la campagne de Balladur, en 1995). Léo, comme ses potes l’appelaient, naguère, s’était engagé à ses côtés et, s’il avait gagné, la place de premier ministre lui était réservé, lui ouvrant une voie royale vers l’Elysée, qu’il guignait depuis un bon moment. Las, ce fut le concurrent Chirac qui gagna le coquetier.

 

Condamné - Blessés de s’être fait traiter d’un peu tout et même de « stasistes » - l’ancienne police politique de l’Allemagne de l’Est -, les enquêteurs avaient porté plainte. Et c’est comme ça que Léotard s’est retrouvé, le 30 mai, devant le tribunal de grande instance de Draguignan pour s’entendre condamné à 3750 € d’amende; Il devra également verser 500 euros de dommages et intérêts, au tite de préjudice moral, à chacun des gendarmes et policiers outragés. A la barre, il avait pourtant fait profil bas, reconnaissant s’être énervé, puis excusé. Apparemment, ça n’a pas suffi.

 

Retraite - Ministre de la Défense (93-95), il est venu la prendre dans sa bonne ville de Fréjus, s’adonnant à l’élevage des poules, des oies, des canards et au jardinage. Il avait été, utile de le rappeler, maire de la commune de 77 à 97, cédant, après quoi, son fauteuil à Elie Brun. Lequel maintenant laisse toujours planer le suspense sur sa représentation en 2014. En effet, un coup il y va, un coup il n’y va pas, ce qui permet à « Var-matin », à l’affût de ses variations presque bi-quotidiennes, d’en faire de gros titres.

 

 The End ? - La carrière politique de Léotard est-elle terminée ? La question peut être posée car, à Fréjus, il en est pour le supplier de revenir s’assoir dans le fauteuil majoral, lui sussurant qu’à 71 ans (il est né en 1942, à Cannes), il ferait encore un excellent premier magistrat. Ses amis l’y encouragent car, comme indiqué à l’instant, rien n’est bien clair dans la suite des opérations électorales locales, les candidats dits “de droite” qui se pointent un jour s’empressent de se rétracter le lendemain (Brun déteindrait- il sur eux ?). Les seuls concurrents déterminés sont, présentement, la socialiste Elsa Di Méo et le mariniste David Rachline. Alors quid de cette affaire ? Attendons les derniers rebondissements, qui ne devraient pas manquer, compte tenu du contexte ambiant.

 

Grave question - Le député-maire de Saint-Raphaël, Georges Ginesta, franc-maçon catholique - ça existe, la preuve - s’est déclaré opposé aux mariages gays. Très bien, mais alors, s’il en est, parmi ceux-ci, à vouloir s’unir officiellement, comme la loi maintenant le leur permet, en mairie, avec sa “bénédiction”, que va-t-il faire ? S’exécuter ou refuser ? Dans cette éventualité, ne risque-t-il pas de se faire rappeler à l’ordre par le préfet et menacé, au cas où il persisterait dans son refus, à se faire démettre de sa fonction ? Cornélien, pas vrai ?


Commenter cet article