Oursinado

Publié le par l' oursin

 
PERQUISES A GOGO

Les « visites domiciliaires » autrement dit perquisitions se multiplient. Il y en a tellement que nous ne pouvons les suivre toutes. Aussi, avons-nous choisi de nous intéresser qu’à celles de la région PACA et, particulièrement, du Var.


A tout seigneur tout honneur François Léotard a ouvert la marche, dans le cadre de Karachi, où une douzaine de Français ont perdu la vie, suite à un attentat, en 2002. Ministre de la Défense de 1993 à 1995, il signait des contrats d’armement. Normal, si ce n’est qu’ils auraient donné lieu à des “ rétro-commissions ” pour financer la campagne d’Edouard Balladur, candidat à la présidentielle, soutenu par Léotard qui, dans l’éventualité du succès de l’opération, serait devenu Premier ministre. Fréjus s’apprêtait à ce célébrer ça et les caisses de champagne déjà commandées. Las ! Le hic c’est que son cabinet aurait imposé, dans ces contrats, les intermédiaires Ziad Tiakeddine et El Assir, mis en examen dans cette enquête. L’ex-Léo avait alors vigoureusement démenti, mais l’enquête continuait. Une première perquise avait, selon Var-matin, eu lieu, le 20 novembre, chez lui. Le 30 décembre, rebelotte à son domicile fréjusien de La Tour de Mare, où il fait, un peu comme Cincinatus, un retour à la terre, y fabriquant de l’huile d’olive, élevant des lapins, des oies, des canards et des poules de luxe (ne vous excitez pas, il s’agit de volatiles venant du Sussex, belle région anglaise). Isabelle, son épouse, en l’absence de son mari, avait nié toute nouvelle intrusion de la police financière, agissant sur commission rogatoire du juge Van Ruymbeke. Alors quid ? 

Et aussi chez Elie Ne quittons pas le coin puisque, le 2  février, Var-matin annonçait - sur cinq colonnes à la une - une perquisition chez Elie Brun, le successeur, depuis 1997, de Léotard à la Mairie. Rien à voir avec l’histoire précédente, mais ce n’est pas loin, puisqu’il s’agit d’un restaurant, l’Alba, sur la plage de Fréjus, exploité par l’ex-mari d’Annabelle... devenue Mme Brun. Rien d’extraordinaire, mais, souligne VM (2/2/13) « de quoi donner aux enquêteurs des pistes de réflexion sur les liens entre le maire et la plage, plus précisément, les conditions d’attribution de la concession, par la Ville (notre blog en avait parlé le premier en son temps). Hauts cris de Brun qui nie en bloc, assurant  qu’il n’y a jamais eu de perquisition. Trois jours après, dans une nouvelle interview, il le reconnaissait (!)

Branle bas de combat - Du coup, l’opposition  socialiste, conduite par Elsa di Meo et Sébastien Poinat moud du grain et exige des explications, allant jusqu’à dire que le maire devrait se retirer des affaire jusqu’à la conclusion de l’enquête. Ils rêvent, pas possible ! Frétille aussi le jeune David Rachline, mariniste pur jus, conseiller municipal, et qui voudrait bien faire basculer Brun de son fauteuil majoral, à l’occasion des municipales de 2014 (Il a déjà failli réussir son coup lors des dernières cantonales, l’obligeant à un second tour ). Il dénonce les propos de “ son ” maire qui, dans l’affaire Alba, lançait, au sujet de son épouse : « Elle n’a pas besoin de travailler vu la situation que j’ai » Que voilà un gentil mari et qui doit bien gagner sa vie.

Roulis à bord Le bon docteur Philippe Mougin, adjoint au Tourisme et à l’animation - un poids lourd de l’équipe majoritaire - vient de quitter le navire, sous le prétexte d’une mauvaise gestion de la commune. Comme si c’était possible ? Au fait, la mise sous tutelle de la Ville ne court-elle pas depuis beau temps déjà ? « Les choses, selon le démissionnaire, vont devoir être changées. » Si on en est là, effectivement, va falloir aviser. Comment et, bien entendu, avec qui ? Une nouvelle équipe sans doute. De là à soupçonner le brave toubib de vouloir la monter et d’en prendre la direction...

Brun danseur de tango - Tout ça n’est pas de très bon augure pour l’ami Brun qui, pourtant, continue à claironner, dans une interview à Var-Matin (6/2) qu’il est physiquement en pleine forme et à nouveau partant pour les prochaines municipales. Le lendemain, dans une nouvelle interview, il assure n’avoir pris aucune décision, mais qu’il est “ en réflexion ”. Allons, d’ici à 2014 - année du renouvellement de la municipalité - il aura encore le temps de danser le tango : un pas en avant, un pas en arrière...

Coucou, le revoilà  ! - Et voici que l’on reparle de Philippe Michel. Ce personnage a de la suite dans les idées puisqu’il se porte candidat à presque toutes les élections où il se ramasse généralement une toise. Ce fut le cas aux municipales de 2008 face à Brun, dont il a été le directeur de cabinet. Or, le vent ayant tourné, ne voilà-t-il pas qu’il serait pressenti - à moins qu’il ne se porte volontaire - pour rejoindre, en 2014, la liste du maire sortant... aspirant à rentrer ! Eh oui, c’est cela, mesdames et messieurs, la politique politicienne. Mais puisque le peuple aime... 

Collard fréjusien bientôt ? - Dans ce bouillonnement, en voici un autre qui pointe son nez ici, ce qui prouve que ça sent bon : Gilbert Collard soi-même, député du Gard, en compagnie de Marion Le Pen (petite fille de grand-papa). Ce qui fait dire ça c’est qu’il a acheté une villa à Fréjus. Serait-il attiré, lui aussi, par cette belle ville où il fait bon vivre et où on parle beaucoup politique ? Songerait-il à un un fauteuil municipal ? On ne pense pas que ce soit pour les prochaines municipales, abandonnant ça à Rachline, dorloté par Marine. Mais d’autres élections se profilent, les europénnes et suivantes. Selon le Canard enchainé, qui a mauvaise langue, Le Pen (Jean-Marie) appelerait notre ténor du barreau, des journeaux, de la radio, de la télévision, etc. “ Gilbert Connard ”.

Et si “ IL”  revenait  ? - Et si tout ce charivari redonnait à Léotard l’envie de se représenter là où il a commencé sa carrière politique, en 77 ? Bah, Il n’aura jamais que 72 ans en 2014, la belle âge pour se rassoir dans un fauteuil de maire, pas vrai ? Ne riez pas, il y en a, à Fréjus, qui y pensent et qui le poussent hardiment à remettre ça. Résistera-t-il ou se laissera-t-il faire violence ?

Brun en danger ? - chez les flics municipaux de Fréjus, il y a encore et toujours des “ mouvements divers”. Ce n’est pas d’aujourd’hui, ça tourne à la saga Des flicaillons râlent, à moins que ce ne soit de la jalousie, de voir nommé, tout à trac, un de leurs collègues à un grade supérieur. Elie Brun en a fait son garde du corps. Vrai que ce beau et grand “ bébé ” est impressionnant avec ses 185 cm et quelque 130 kilos de muscle. M. le maire se sentirait-il à ce point menacé qu’il faille à ses côtés un tel gaillard ? A croire que la fonction est dangereuse ici, qui l’eût cru ? Mais ce serait plutôt politiquement qu’il y a des risques (voir plus haut).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article