Oursinado

Publié le par l' oursin

Tapie - Bernard a comme idée, derrière la tête, de s’offrir quelques titres de la bonne presse. « Grâce, comme l’écrit Le canard enchaîné (28/11/12) à ses 300 millions versés par l’Etat dans le cadre de l’affaire Adidas. Le Groupe Hersant Media ploie sous les dettes, dont les journaux des Ardennes ont été rachetés par le Belge Rossel, mais pas ceux de le région Paca avec La Provence, Nice-Matin,Var-Matin, Corse-Matin, lesquels font du bénef. Pas bête, Nanard les revendrait.Voilà de quoi faire peur aux journalistes du coin qui le voient arriver comme patron. Mais dans l’affaire, en tout cas, Tapie, qui a des vues sur la Mairie de Marseille, garderait La Provence. Ça peut toujours aider, hein ?
Mais, finalement, notre grand brasseur d'affaires, renonce à son immense projet. Dommage c'était marrant. Tant pis ! 

Cumulards - Là aussi, c’est l’émoi car, si cette loi, qui interdit les cumuls, est votée, bon nombre de nos élus, notamment les députés, vont se retrouver sans leur mandat, ce qui est déjà moche à leurs yeux, mais pire, ils seraient privés d’une partie de leurs double - voire triple -  indemnités. C’est le cas, entre autres de Falco, sénateur-maire de Toulon qui dit à Var-Matin (4/12/12) : « Veut-on des apparatchiks ?  » sous prétexte que ce sont les partis qui, de Paris, désignerait les candidats. Dans l’est varois, c’est Georges Ginesta, député-maire de Saint-Raphaël, qui hurle : « Ce serait le règne du parachutage car, pour moi, un parlementaire doit avoir des attaches locales, il ne peut pas pousser “hors sol”  ». Comme c’est bien dit, ça sort du cœur, mais est-ce vraiment convaincant ?

Economies - « Bientôt, nous écrit un lecteur, les employés communaux de Fréjus vont devoir apporter leur “papier-Q” sur les lieux de leur travail » Et l’humour va bon train entre-eux, certains disent qu’ils sont dans le besoin, les autres répondent rigolards qu’ils sont au bout du rouleau. Les techniciennes de surface ont reçu ordre de mettre les produits ménagers qu’une fois sur deux pour décrasser le sol. Fréjus serait-il à l’avant-garde, pour la France, de la situation grecque ?

Elie Brun - Le bon maire de la ville est allé dernièrement passer en revue sa garde prétorienne. Certains flics de la police municipale étaient en tenue, d’autres en “bourgeois”; et ça au un peu bardé entre quelques agents de la PM et leur direction, signe de la bonne ambiance régnante, depuis pas mal de temps déjà. S’ils se battent un jour, qui va les séparer, la police nationale, le commissaire Gérard Moréna en tête ? Heureusement, Monsieur le Maire a calmé les esprits échauffés, tout en se plaignant de l’absence d’un pot de bienvenue, évidemment. Un nouveau chef de service devrait prochainement arriver. Que va-t-on faire des anciens ?


Perquise Au domicile fréjusien de François Léotard dans l’affaire Karachi, une histoire à rebondissements qui traîne depuis longtemps. Les juges Van Ruymbeke et  Le Loire s’intéressent au rôle joué par l’ancien maire de Fréjus lorsqu’il était ministre de la Défense sous le gouvernement d’Edouard Balladur, entre 92 et 94. Des rétrocommissions auraient été versées pour aider à la campagne du premier ministre de l’époque. Léotard a toujours déclaré qu’il n’y était pour rien là-dedans où, rappelons-le, 11 Français avaient  été tués dans l’attentat. Ce qui est étonnant c’est que Var-Matin (21/11/12) a osé rappeler ça , tout en s’abritant, prudent, derrière des articles de confrères. Ce n’est pas courant que le quotidien s’y risque, plutôt doucereux généralement avec les politiques du coin.
 
 Luc Jousse - Le maire du charmant village de Roquebrune-sur-Argens, dans l’est  varois, a eu droit à un reportage carabiné sur ses activités édilitaires sur la chaîne 8, le 5 décembre. Il n’y a pas le beau rôle et ferait même figure d’accusé avec des permis de construire, attaqués comme illégaux, et  peut-être des ingérences dans certaines sociétés immobilières. Plusieurs habitants du patelin ont été invités à témoigner... à charge, et ils l’ont fait sans états d’âme ni retenue particulière. Plusieurs plaintes ont été déposées devant le tribunal administratif. Son premier adjoint, Jean-Paul Ollivier, a été mis sur la sellette également, dans le cadre de l’émission « La France des privilèges et des passe-droits ». Jousse pourrait avoir de sérieux problèmes, lors des municipales de 2014, pour sa réélection, car beaucoup l’attendent au tournant, surtout son “ennemi héréditaire ”, Jean-Pierre Serra, conseiller général, qui vise le poste depuis longtemps.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article