Oursinade varoise

Publié le par l' oursin

Féminisation tragique - Le drame de Collobrières appelle à plusieurs observations mais surtout à ceci que nous relevons dans Metamag « le magazine de l’esprit critique » : « Pour la première fois, en France, deux femmes gendarmes trouvent la mort dans une intervention. Elles ont eu un hommage national mérité. Mais il faut aller plus loin : La hiérarchie a-t-elle été lucide en les envoyant ? Ont-elles été des victimes du militairement correct, de la féminisation ? (...) Une femme de 60 kilos, même bien entraînée, est vulnérable face à une brute urbaine de 100 kg et de 190 cm, habitué aux combats de rue et armé. Faire comme ci tout était égal et comparable, c’est mettre en péril des personnels, au nom d’une idéologie égalitaire parfaitement imbécile et dangereuse. Peut être des femmes dans l’armée et la gendarmerie, mais pas pour tout faire comme les hommes. Ce n’est pas de la misogynie mais un principe de précaution. Il y a des situations inadaptées et des comportements inappropriés. Quand, à l'aéroport, on voit déambuler les patrouilles « Vigipirate », qui incluent toujours une femme, sorte de quota, qui se sent rassuré ? Qui ne se dit que le trio serait bien impuissant face à un terroriste armé et déterminé ? » Voilà qui est plein de bon-sens mais qui ne fera pas bouger d’un pouce les partisans de l’égalité et de la parité. 
Ginesta le balotté - Dans la 5è circonscription varoise, le président départemental du machin UMP, laissait entendre que, comme en 2007, il serait élu dès le 1er tour (il avait obtenu 57%). Le secteur étant archi-conservateur, il pouvait y croire. Las pour lui, c’était compter sans les électeurs qui se sont laissés séduire par le jeune David Rachline, un mariniste pur jus, qui ne l’a pas ménagé, osant affirmer qu’il est peu présent à l’Assemblée nationale, et pas davantage sur le terrain localement.  Et, dans ses tracts et ses déclarations dans Var-Matin, il avait appuyé - férocement - sur son côté “ringard”, compte tenu de son âge (soixante dix ans aux prunes). Il avait d’ailleurs été réjoint dans ses compliments par un autre candidat évanescent, Philippe Michel, “divers droits ” (admirons le “divers”), ancien directeur de cabinet de Léotard. Lui, il sort de l’ombre à chaque élection, fait un petit tour, comme une marionnette, puis s’en va...  jusqu’à la suivante. On le reverra pour les municipales en 2014. Promis-juré !
A vos rangs, fixe ! - Ce brave Michel avait, avant le 1er tour des législatives, organisé, salle Sextant, à Fréjus, une réunion publique. Sur Facebook, chez ses amis, vous pourrez constater, si vous êtes initié, dans diverses photos, que plus de la moitié des présents sont des policiers municipaux, des fonctionnaires du Service technique, et même le chauffeur de M. le maire. Etait-il en service commandé ? Des têtes pourraient-elles tomber ? A part ça, tout baigne au sein de la PM d’où encore un excellent élément est parti. L’adjoint à la Sécurité Ghenassia déborde d’activités diverses : l’achat de chaussures, de t-shirts et de la ponctualité des agents. En cas de  retard, aussi bref soit-il, il exige un rapport d’excuses circonstancié. Discipline, discipline ! jugulaire, jugulaire ! Ah, mes gaillards, ça va pas se passer comme ça ! Garde à vous, fixe ! rompez ! M. l’adjoint, devant la somme de travail, s’est adjoint un adjoint, Marc Botti, contractuel depuis 1995. Faut ce qu’il faut, n’est-ce pas ?
Sauvé, ouf ! - Bon, allez, Ginesta est  tiré d’affaire, puisque il a été réélu au second tour. Mais il a eu chaud, le pauvre ! Il va donc pouvoir se rassoir sur les bancs de l’Assemblée nationale, mais dans l’opposition maintenent, ces “salauds” de socialos ayant pris les rênes du pouvoir. Il se console en avançant les chiffres obtenus localement, surtout dans sa bonne ville de Saint-Raphaël. Et il s’apprête à remettre ça aux municipales de 2014, pour un quatrième mandat, qui sera suivi de beaucoup d’autres sûrement, les Raphaélois débordant d’affection pour lui. Ce qui fait que,  né en 1942, qu’il peut espérer fêter ses cent ans, toujours à la tête de la Mairie, en 2042 ! Rachline, qui l’a mis en ballotage, n’aura, lui, jamais que cinquante quatre ans, alors...
Gros sentimental - Léotard s’est fendu, lors de la campagne d’une belle lettre à Ginesta, candidat UMP, missive pieusement rapportée par Var-Matin (2/06/12), dans laquelle il lui déclare sa flamme... politique,  « J’éprouve, lui disait-il, pour ton action, un double sentiment  fait de reconnaissance et de confiance » Et encore ce coup de brosse :  « Tu as représenté avec dignité et efficacité tous les citoyens de notre circonscription. Et : « Tu n’as jamais caché tes convictions (sauf celles d’appartenance à la franc-maçonnerie, on se demande bien pourquoi). Et, pour terminer, cette magnifique envolée : « Tu n’es pas un inconnu (...) quelqu’un qui viendrait saisir, à l’occasion d’une élection, un avantage ou une fugace notoriété. » Non, bien sûr, ce n’est pas le genre de la boutique, l’homme étant connu pour sa grande modestie (quand il toise de toute sa suffiance le petit peuple, le smicard, c’est sans doute par timidité). 
Le goupillon et l’équerre  - Mais pourquoi Ginesta se casserait-il la nénette, se contentant de faire distribuer sa prose, sur la voie publique, par ses “fans”(il en a, faut le faire) ? On ne peut pas dire, en effet, qu’il fait des efforts physiques et cérébraux pour séduire. Il est assisté, dans cette entreprise, guère risquée, par son suppléant, Pierre Boule, directeur de l’institut Stanislas de Saint-Raphaël, heureux de faire savoir qu’il a un DEA (diplôme d’étude approfondie) de philosophie, précisant « obtenu à la Sorbonne » (prière de s’extasier). Bon chrétien, bien sûr, on voit qu’il ne craint pas néanmoins d’être la doublure d’un franc-maçon. Vrai que ce dernier n’hésite pas à fréquenter la basilique de la ville, toutes les voix étant bonnes à prendre. Ne sont-elles pas sensées arriver par les voies du Seigneur, donc pures de tout pêché, alors ?
Eternité française - Dans un de ses tracts, il assurait faire le « choix des valeurs républicaines, pas celui du communautarisme. » Et, pathétique : « Nous refusons le vote des étrangers qui est une atteinte à la souveraineté de la France. » Tiens donc, et Bruxelles d’où presque tout nous est imposés ? Ah ! ce vote des étrangers. Mais qui les a invités à s’installer, par millions, dans l’Hexagone si ce ne sont ses amis politiques, Giscard et Chirac, “inventeurs” du Regroupement familial et leurs successeurs, toujours de droite ? Et de conclure, magnifique : « Mobilisons nous, car c’est à l’Assemblée nationale que se votent les lois, et les députés UMP doivent y siéger en grand nombre afin de défendre les valeurs auxquelles nous sommes attachés, et qui ont construit la France éternelle ». Plus bateau, plus pompier tu meurs ! Mais, la France éternelle, qu’est-ce que c’est au juste ? Si notre duo de choc voulait nous expliquer...
Question - Le maire de Fréjus Elie Brun, a été, lui aussi, un ardent supporteur de Genista, qui ne s’est plus tenu de joie à l’annonce de sa victoire sur le mariniste Rachline. Il avait d’ailleurs appelé ses concitoyens à voter massivement pour son pote UMP. Hors ça, Brun, à l’occasion du départ à la retraite de deux fonctionnaires municipaux, a laissé échapper une petite phrase, rapportée par Var Matin : « Moi aussi, je vais partir à la retraite, mais je ne sais pas encore quand, je le déciderai bientôt. » Ce n’est pas tout à fait un scoop car, dans le landerneau, on en parle sous le manteau, compte tenu de l’état de santé de l’édile qui serait l’objet de soins attentifs, ayant entrainé plusieurs hospitalisations. La question est celle-ci : Pourra-t-il se représenter à la municipale de 2014, comme il l’a toujours claironné tout en précisant que ce sera la dernière ? En tout cas, les prétendants ne manqueront pas qu’on se rassure, à commencer par son premier adjoint Yves Tosi qui piaffe d’impatience.
Oecuménisme - Gabriel Aymard, président de la communauté israélite de Fréjus-Saint-Raphaël, forte de 350 familles, mille en pleine saison estivale (sic), a remercié chaleureusement Brun qui, à l’occasion du Kippour, la synagogue étant fermé pour réaménagement, a mis à sa disposition la salle municipale de la mairie. Voilà qui procède d’un noble sentiment œcuménique et que les citoyens juifs du coin seront, à l’occasion, le reconnaitre. M. Aymard en profite pour nous rappeller le rituel de l’abattage kasher qui n’a rien à envier au halal, les bêtes devant être saignées vivantes selon un protocole religieux bien établi. Le Casino de Port-Fréjus, au nom de la diversité n’hésite pas à faire la promo du kasher, comme il le fait du halal. Le commerce avant tout, n’est-ce pas ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article