Le choc des « cons » de dieu

Publié le par l' oursin

L’affaire du film « L’innocence des musulmans » devrait mobiliser pour la survie de l’intelligence. Celui qui affirme qu’il faut avoir surtout peur des cons n’a pas tort. Quand il s’agit des cons de dieu, c’est encore plus vrai, et il y en a, bien sûr, partout et dans toutes les religions.

Il est bien évident que ceux qui ont réalisé ce navet à petit budget ont voulu ridiculiser l’islam et salir son prophète. Ils l’ont fait pour faire plaisir à un petit groupe de fondamentalistes chrétiens. Ils ont leur lecture de l’histoire de l’islam et sont protégés, aux USA, par le premier amendement. Ils n’ont, sans doute, pas envisagé les conséquences de leur acte. Mais il est certain aussi que la diffusion, sur le net, de cette nullité filmée, n’est pas innocente. C’est une volonté d’une autre minorité de s’en servir pour attiser la haine contre les chrétiens, les juifs et les Américains. Les « cons »  de dieu des deux camps auront atteint ainsi leurs objectifs de mépris et de haine.
Cela dit, il y a tout de même des différences. Les provocateurs sont moins dangereux que les exploiteurs. Ce sont les salafistes qui mobilisent les masses et permettent à Al Qaïda de se cacher derrière la communauté des croyants et camouflent, derrière des indignés, des terroristes.
Ce sont les réseaux sociaux et les portables, acteurs majeurs des faux printemps arabes, qui permettent la mobilisation salafistes à l’échelle mondiale et permettent des émeutes meurtrières. Mais ce qui apparait, c’est une haine de l’occident et du juif, dont la religion est également fertile de redoutables « cons de dieu ». Ce qui apparait c’est une haine, dans l’ensemble du monde arabo-musulman, qui est condamnée avec difficulté par les pouvoirs en place. Ce qui apparait, c’est l’échec de la politique de normalisation USA-Monde arabe d’Obama.
Ce qui apparait également, c’est l’inquiétante  vulnérabilité de la France à ce discours de haine. Les salafistes ont manifesté à Paris comme à Khartoum. Le ministre de l’Intérieur, Emmanuel Valls, a délaré : « Cette manifestation  et ses participants, qu'il ne faut pas confondre avec l'immense majorité de nos concitoyens, caricaturent l'islam tel qu'il est pratiqué dans notre pays ». Selon lui, parmi les manifestants, « il n'y avait pas que des jeunes, mais aussi des petits groupes agissants, que nous connaissons dans nos quartiers, et qui prônent un islamisme radical. » Ainsi, les jeunes musulmans ne sont pas des groupes… On aimerait comprendre le distinguo. Si les groupes sont connus pourquoi ne sont ils pas démantelés, leurs membres déchus, si besoin, de la nationalité française, et tous expulsés. Si l’immense majorité des musulmans désapprouve, elle doit le dire avec force et se manifester. Sinon, entre faiblesse et refus d’amalgame, l’inacceptable continuera à être accepté et se renforcera. « Mort aux cons ! », voilà une belle maxime qui ne connait ni race, ni religion, ni sexe, mais qui justifie la stigmatisation et l’exclusion. Comme quoi, une fois de plus, rien n’est jamais simple, même au pays des exquises tolérances démocratiques.
                                                                                                                                                                                 Médusa

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article