L’oursin s’aligne...

Publié le par l' oursin

Après 20 ans de bons et loyaux services, « L’oursin », de bonne mémoire, a fermé boutique en juin 2010 pour cause de problèmes techniques. Indépendants de sa volonté, bien entendu. Nous en profitons pour remercier les lecteurs qui y ont été fidèles et qui, aujourd’hui encore, nous demandent de ses nouvelles. Nous allons faire plaisir à ces derniers et à d’autres aussi, pourquoi pas, en nous mettant « en ligne » comme nombre de publications. Certes ceux qui ne sont pas branchés internet seront frustrés, et nous le regrettons, mais nous ne pouvons faire autrement, tout en leur signalant que Simone, une gente dame, vient de se l’offrir pour fêter ses 90 ans ! 
Qu’il nous soit permis aussi de remercier à nouveau celles et ceux qui, en 2009, suite à un procès - intenté par M. Elie Brun, maire de Fréjus, sénateur (à l’époque), parfait démocrate - qui ont spontanément mis la main à la poche pour nous aider à régler l’addition... plutôt salée; des modestes pour la plupart dont une femme de ménage retraitée qui nous a envoyé 15 €  avec ce mot : « Pour la liberté d’expression ». A contrario, un « ami de longue date » a sorti un jour son chèquier... pour le rempocher aussitôt, en disant :  « Je te l’envoie par la poste ». Faut croire qu’il s’est perdu en route, puisque nous ne l’avons jamais reçu ! Sylvain Ferrua, conseiller municipal FN de Fréjus, doit savoir où il est passé.
Aujourd’hui, à la place de feu L’oursin-papier, vous aurez dorénavant « loursin.over-blog.fr ». En un clic, il se déroulera sous vos yeux et vous y trouverez le même style que chez son prédécesseur, tout aussi « Impertinent et irrévérencieux », et « Qui pique mais ne blesse point ». Comme pour le journal, vous pourrez, nous le pensons, apprécier sa liberté de ton, ceci découlant de cela, et sa façon de traiter les événements politiques, donc publics. A un moment crucial, vous le remarquez, puisque les « Françaises-Français » - soyons grandiloquents - sont appelés à élire un nouveau chef d’Etat... à moins qu’ils préfèrent conserver précieusement celui qu’ils ont depuis cinq ans. Après  tout, ne dit-on pas que tous les goûts, même les plus mauvais, sont dans la nature, alors ? Ce qui nous fait marrer simplement, c’est d’entendre parler de « droite et de gauche ». Or, excusez, mais si quelqu’un a vu une différence entre les deux c’est sûrement qu’il est atteint de strabisme divergent, et nous lui conseillons vivement d’aller consulter son ophtalmo pour savoir s’il peut quelque chose pour lui.
« On ne peut plaire à tout le monde et à son père », assure le dicton. C’est l’évidence et c’est un choix. A vous de le faire, lecteur sans titre particulier. Quant aux autres, ceux que l’on  appelle, pas toujours proprement,  les « élites », vous savez ces hommes - et ces femmes - dotés d’un mandat électif, fort respectable en soi, mais qui ne doit en aucun cas leur servir de paravent - ce qui se produit trop souvent -, ils doivent comprendre et accepter sans rechigner  qu’il s’agit, en l’occurrence, de démocratie, mot dont ils se gargarisent, lorsqu’il leur sert, mais qu’ils rejettent à la moindre critique à leur égard. Alors, mesdames, messieurs, faudrait voir à jouer le jeu et non vous défiler, ce dont beaucoup usent et abusent.
Espérons que vous serez aussi nombreux à nous suivre sur le Net que vous l’avez été  sur le papier, en nous pardonnant des imperfections que nous nous efforcerons de corriger à l’avenir. Promis juré !
Pour conclure aimablement, indiquons que notre marque est inscrite à « L’institut national de la protection industrielle (INPI) », ce qui nous préserve de toute appropriation indue sans agrément de notre part. De plus, ce ne serait pas gentil du tout. Alors, soyez braves, comme on dit en Provence.
Allez, bonne lecture, et faites nous signe, à l’occasion.
 
                                                                                                                              L’o.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article